Daily Archives: December 24, 2011

E-cigarette : j’arrête de fumer du tabac – JOUR 7

Published by:

JOURNAL D’UN E-FUMEUR
Une transition entre le tabac et l’e-cigarette.

JOUR 7

La reprise de l’ecigarette moins dosée se passe bien, agréablement, sans que pour autant je ressente les effets bénéfiques attendus. Trop tôt évidemment. L’absence de manque est déjà une satisfaction.

Il faudra vraiment que je cache les paquets de tabac que je n’utilise plus : hier, j’ai allumé une cigarette sans m’en rendre compte. Le pire, c’est qu’il fallait la rouler pour la fumer ! Je ne me suis rendu compte de rien, sauf à l’allumage. On croit rêver.

Une part de « résistance au changement » évidente. Les lecteurs du père Sigmund diraient que c’est un « acte manqué ». Ils auraient raison. J’ai toujours préféré dire un « acte inconsciemment réussi ».

Mes lectures font partie de mon expérience.

Plus avance et plus je considère que les industriels du tabac sont tout simplement des gangsters en col blanc, des criminels. Ajouter au tabac de la théobromine, l’un des alcaloïdes essentiels dans la plaisir de manger du chocolat, n’est pas seulement une histoire de goût. Les mafieux de l’industrie du tabac savent parfaitement que la théobromine dilate les bronchioles et donc renforce la présence de la nicotine dans les poumons, entraînant une addiction plus rapide et plus forte.

Ils savent également que la nicotine ne devient addictive qu’en présence de sucres brûlés par la combustion (produisant des IMAO, [inhibiteurs de la mono amine oxydase], molécules chimiques que l’on retrouve dans le Prozac et les anti-dépresseurs récents). Autant dire que, du sucre, ils en rajoutent, en veux tu en voilà !

Les additifs au tabac – au nombre reconnu de 599 par les industriels US eux-même – représentent jusqu’à 15% du poids d’une cigarette ! Délirant.

Contraindre les industries du tabac à modifier leur comportement ? Même l’Organisation mondiale de la santé s’y casse les dents. Il ne faut pas oublier que ce sont des multinationales et qu’elles sont souvent à elles seules plus riches que nombre d’états de notre pauvre monde, avec ce que l’on peut imaginer de pressions diverses et variées et des cohortes d’avocats sans scrupule.
Dès lors, on imagine ce que ces industriels de la mort vont déployer pour tenter de contrôler le marché de la nicotine dès que la cigarette électronique représentera une part de marché qu’ils ne pourront plus négliger. En attendant, ils ne reculeront devant rien pour disqualifier l’e-cigarette, cela va de soi.

Je trouve que dans le passage à la cigarette électronique, il y a aussi le plaisir de faire un pied de nez aux industriels du tabac et aux taxes étatiques !