Daily Archives: December 21, 2011

E-cigarette : j’arrête de fumer du tabac – JOUR 11

Published by:

JOURNAL D’UN E-FUMEUR (débutant) – JOUR 11

Peut-être ai-je trop vite imaginé que j’avais trouvé la bonne dose de nicotine pour ma cigarette électronique. Peut-être que mon inconscient fait des efforts désespéré pour que je n’adopte pas un nouveau comportement. Toujours est-il qu’à plusieurs reprises je me suis comporté avec une extrême agressivité avec les gens que j’ai croisé. Ne supportant rien, m’agaçant de tout. Lâchant des commentaires sans doute blessant et y prenant plaisir.

 

Pas besoin de nombreux miroirs ou loupes pour comprendre un état de manque chez le toxicomane. Moi, en l’occurrence. Dans ma relation à la nicotine pour ce qui est de l’addictif. Le nombre de « tirages » sur l’ecigarette, identique ou analogue à ce qu’il était avec la cigarette, a pu me donner l’illusion que je prenais la dose requise. Je pense qu’à l’inverse d’il y a quelques jours, je me suis retrouvé en sous-dosage et donc en « sevrage » involontaire et douloureux, d’où l’agressivité, l’irritabilité qui le caractérise.

 

J’ai remarqué une autre chose, qui si elle s’avère réelle, peut servir à quelques e-fumeurs débutant : j’ai l’impression que l’usage de la nicotine pure « imprègne » moins que la fumée de la cigarette. On peut ressentir plus facilement une légère ébriété en tirant trop sur l’ecigarette et à l’inverse la dose absorbée semble faire de l’effet moins longtemps. Il n’est pas impossible que le goudron de la fumée de la cigarette classique distille longtemps la nicotine dont il est porteur.

 

La nicotine pure semble plus rapidement absorbée (légère ébriété) et plus rapidement expulsée (manque).

 

Il faudrait que je suis puisse confronter cette intuition avec l’expérience d’autres e-fumeurs. Je me dis toujours que si je ressens quelque chose, ce ne peut pas être une expérience unique et donc que d’autres l’ont aussi ressenti.

 

J’ai renforcé ma «dose » en mélangeant deux e-liquides, l’un dosé à 6 mg ; l’autre à 10 mg. C’est un peu comme les médicaments : la dose prescrite n’est pas universelle. Elle doit être adaptée à chaque patient, ce que fait chacun d’entre nous avec une prescription. De l’automédication.

 

On peut aussi se demander, d’autres ne s’en sont pas privés, s’il n’y a pas une dimension narcissique dans la toxicomanie, fut elle simplement nicotinique. Bien sûr ce billet quotidien n’est pas le lieu d’évoquer l’actualité mondiale, mais il est tout aussi vrai qu’en rédigeant les paragraphes qui précèdent je n’ai pensé à rien d’autre qu’à moi, qu’à ma petite personne. Y aurait-il par cette drogue une tentative de réparer quelques dégâts narcissiques très anciens, aux oubliettes de ma propre histoire…Mais n’est-ce pas au fond le cas de tout un chacun ?

A demain…

 

Paul KEIRN